,

Expo à ne pas manquer : Clothilde Lasserre

Rendez-vous ce week-end à l'espace Chanorier pour l'exposition de l'artiste peintre Clothilde Lasserre. Ce lieu très sympa dont je vous ai parlé précédemment (ici) met en valeur une artiste locale que j'aime beaucoup.

Le thème fétiche de Clothilde est la foule, une foule vue d'en haut. Cet angle de vue donne à ses tableaux un aspect déroutant, qui attire l'oeil à coup sûr. Ensuite, à mieux y regarder, on se demande ce qu'ils font tous ces gens. Ils se parlent, s'évitent, dansent, s'embrassent ?


Men in colours



Toujours prête à rendre service à mes chers lecteurs, j'ai mené l'enquête pour lever ce mystère. C'est avec un plaisir non dissimulé que j'ai rencontré cette semaine Clothilde Lasserre dans son atelier. Voici quelques extraits de notre rencontre et beaucoup d'idées saugrenues de ma part. Bonne lecture.



Elle a voulu dire quoi ?

Je pense que chaque artiste vivant qui expose, se produit, est publié, se voit toujours poser cette même question : Quel message voulez-vous transmettre ?

Rappelez-vous la classe de 1ère quand le prof de français vous demandait perfidement : "d'après-vous, qu'est-ce que l'auteur a voulu dire ?" A chaque fois, ça me rendait dingue. Je me disais que si ça se trouve, il n'a rien voulu dire de spécial le mec, il a juste raconté une jolie histoire. Ou bien, il a voulu dire un truc et 200 ans plus tard, le prof a complètement rêvé une autre explication.

J'ai donc demandé à Clothilde si il y avait un message spécial dans ses peintures. Histoire d'éclairer ma lanterne et celle de ses futurs admirateurs (on ne sait jamais, peut être que quelqu'un lira ces explications sur mon blog dans 200 ans et que je deviendrais post-mortem la plus grande spécialiste contemporaine de la grande artiste Clothilde Lasserre). Cessons ce délire mégalo et venons en aux faits.


Contrastons nous 




Clothilde est passionnée par le rapport aux autres. Elle se pose des questions très concrètes sur notre vie quotidienne. Faisons-nous assez attentions aux personnes qui nous entourent par exemple?

Dans notre tain-train quotidien, ou plutôt dans notre TGV quotidien, prenons-nous le temps de regarder, parler, échanger ? Quand vous êtes dans le RER, métro, bus etc... vous avez les yeux rivés sur votre smartphone, sur la dernière édition toute chaude de 20 minutes. Vite, vite, on gagne du temps, on s'informe, on se connecte à ses amis, au vaste monde. Mais la petite mamie qui a du mal à tenir debout alors que vous êtes assis, vous ne la voyez pas. La nana enceinte jusqu'aux dents qui va bientôt faire un malaise, vous ne la voyez pas.

Clothilde en peignant ces foules veut nous faire prendre conscience qu'il y a une infinité de rencontres possibles dans notre quotidien. Il suffit d'ouvrir les yeux, de donner sa parole, d'échanger un geste pour provoquer l'échange. Soyez attentifs. OK, on court, le rythme général nous y oblige. Mais si on décidait d'être présent aux autres, ne serait-ce qu'une minute par jour, ce serait formidable.




Marée humaine 



Artiste à temps plein ?


Cela fait 4 ans que Clothilde a cessé toute activité salariée pour se consacrer à plein temps à la peinture. Le choix n'a pas été facile mais au fil du temps il est devenu une nécessité. La peinture prenait de plus en plus d'importance dans sa vie. La peinture mais aussi sa vision du monde, sa vision de la relation aux autres êtres humains ne correspondait plus à sa vie de cadre dans une grande entreprise.

En ce moment, je suis complètement abasourdie par l'ambiance générale qui règne dans les grandes boîtes. C'est incroyable le nombre d'amis qui me racontent leur rythme effréné, le manque de reconnaissance de la hiérarchie, le toujours plus avec moins de moyens. Franchement, ça ne me donne pas envie de retourner dans ce monde pour l'instant (je m'amuse trop bien avec mon blog comme dirait ma copine Sandrine).

La génération Y (qui semble si difficile à gérer) est peut-être en train d'accomplir ce tournant que nous n'avons pas su prendre (on se calme, je ne suis pas un dinosaure même si la barre fatidique des 40 ans approche). Je disais donc, la génération Y semble vouloir protéger à tout prix son espace personnel et attacher beaucoup d'importance aux projets collaboratifs. J'ai comme l'impression qu'ils vont réussir à faire bouger le mammouth, à faire comprendre aux boîtes qu'ils ont des collaborateurs humains qui demandent un certain respect. La pyramide de Maslow qui présente les besoins essentiels de chacun date de 1943 quand même ! En plus, elle est hyper connue, hé les gars, il serait temps de la ré-étudier un bonne fois pour toutes (lien vers wikipedia pour ceux que ça intéresse, cliquez ici)


Jeux de plage


Du figuratif à l'abstrait ?


J'avais déjà vu le travail de Clothilde Lasserre sur le marché d'art contemporain de Chatou (encore et toujours Chatou). Dans mon souvenir ses peintures étaient beaucoup plus figuratives. Je ne sais pas vous, mais moi je me demande toujours comment on passe à une peinture abstraite.

Clothilde m'a expliqué qu'elle a ressenti comme un déclic le jour où elle a trouvé son axe, son idée centrale liée à la prise de recul sur nos vies a exprimer via les foules.

A partir de ce moment là, forte de cette inspiration, elle a pu développer une personnalité plus riche à travers ses oeuvres. Elle a pu se détacher de simples représentations du réel pour aller vers un message et une interprétation plus personnelle.





Main dans la main





J'espère qu'il y aura foule à l'expo ce week-end





Coordonnées Clothilde Lasserre
Tél : 06 09 57 35 35
Mail: clothildelasserre@gmail.com
Site: www.clothildelasserre.com


Aucun commentaire

Enregistrer un commentaire

Paris à l'Ouest | Design par Catherine Surr